Logo Bebasket
Recherche
Recherche
Logo Bebasket
  • À la une
  • Betclic Élite
  • Pro b
  • National
  • Coupes d'Europe
  • Équipe de France
  • Jeunes
  • Féminines
  • Interviews
  • Hooper
  • Joueurs

Sous les yeux des Hawks, Zaccharie Risacher confirme son retour en forme : « Il est redevenu le joueur qu’il était pendant tout l’hiver »

Betclic ÉLITE - 24 heures après la démonstration de Tidjane Salaün à l'Adidas Arena, un autre prospect NBA a séduit en playoffs. Devant l'état-major des Hawks d'Atlanta, détenteurs du premier choix de la Draft, Zaccharie Risacher a brillé face à Nanterre.
Sous les yeux des Hawks, Zaccharie Risacher confirme son retour en forme : « Il est redevenu le joueur qu’il était pendant tout l’hiver »

Zaccharie Risacher a séduit pour son premier vrai match de playoffs, lui qui a disputé 6 minutes l’an dernier au total en phases finales avec l’ASVEL

Crédit photo : Jacques Cormarèche

En enchaînant les allers-retours pendant 22 minutes et 59 secondes sur le parquet d’Ékinox, a-t-il aperçu ces trois paires d’yeux rivés sur lui toute la soirée ? Zaccharie Risacher (2,05 m, 19 ans) a pris certes pris l’habitude de se produire devant des dizaines de scouts NBA, souvent même à l’entraînement, ou des hauts dirigeants de l’Association (Peter J. Holt, le propriétaire des Spurs, ou Arturas Karnisovas, le vice-président des Bulls). Depuis le début de saison, l’enfant de Tassin-la-Demi-Lune sait ce que cela signifie d’être le centre des attentions.

Agressif devant les Hawks

Kyle Korver, Quin Snyder et Landry Fields assis au premier rang d’Ékinox pour superviser Zaccharie Risacher (photo : Jacques Cormarèche)

Mais là, c’était tout de même différent… Quatre jours après la loterie NBA, l’ensemble du front office d’Atlanta, détenteur du premier choix de la Draft 2024, s’est déplacé à Bourg-en-Bresse afin de le superviser. Soit l’entraîneur des Hawks, Quin Snyder, ainsi que son GM, Landry Fields, et le manager adjoint, Kyle Korver, l’ex-shooteur légendaire déjà venu assister à un match de Risacher en février à Villeurbanne. « Je pense qu’il ne le savait pas », révèle Frédéric Fauthoux.« Sauf s’il regarde les fauteuils rouges, ce qui n’est pas toujours le cas quand on joue. Nous, on était au courant mais on ne lui en a pas du tout parlé. »

« Je l’ai trouvé très bon »

Frédéric Fauthoux, à propos du match de Zaccharie Risacher

Surpris par l’obtention du premier choix, qu’ils n’avaient que 3% de chance de décrocher, les Hawks étudient de nombreuses options pour leur top pick. Dont celle de Zaccharie Risacher, donc, avec une candidature qui a certainement pris de l’épaisseur jeudi grâce à ce quart de finale contre Nanterre (92-82). À l’image de sa difficile séquence de la 36e minute (à 74-74), entre une faute évitable sur Justin Bibbins et une passe à l’intérieur vers Maksim Salash censée exploiter un mismatch mais directement expédiée sur Joel Ayayi pile devant le trio d’Atlanta, l’ancien ailier de l’ASVEL n’a pas tout bien fait. Mais globalement, avec de nombreuses prises d’initiative pour tenter de réduire l’écart en seconde mi-temps, sa prestation a été de bonne facture avec 14 points à 6/12, 6 rebonds (dont 4 offensifs) et 1 passe décisive pour 12 d’évaluation. « J’ai trouvé Zaccharie très bon », souligne son entraîneur. « Il a été agressif, il a pris ses responsabilités. Il prend des rebonds offensifs, met un tir à deux points dans le quatrième quart-temps qui n’était vraiment pas facile ! Il était bien et au diapason de l’équipe. »

Le creux désormais dans le rétroviseur

Une performance réussie qui s’inscrit dans le cadre d’un retour en forme depuis un mois. En mars et avril, sur un intervalle de 11 matchs, Zaccharie Risacher a traversé une vraie période difficile d’un point de vue offensif, enchaînant les prestations décevantes (6,4 points de moyenne), en pleine crise de confiance avec son shoot (18% à 3-points). Le tout au plus mauvais moment, alors que les playoffs d’EuroCup pouvaient constituer un formidable test de caractère.

Zaccharie Risacher a retrouvé de la confiance (photo : Jacques Cormarèche)

Mais depuis une finale conclue sur un triste -1 d’évaluation contre Paris (0/7 à 3-points), le meilleur jeune de Betclic ÉLITE a retrouvé de l’allant. Ses sept dernières sorties se sont soldées par des moyennes de 12,7 points à 49% et 5,9 rebonds, beaucoup plus conformes avec son statut de potentiel premier choix. « Il a connu un creux mais je trouve qu’il est redevenu le joueur qu’il était pendant tout l’hiver depuis un mois », acquiesce Frédéric Fauthoux. « Pour s’en remettre, il a simplement continué le travail qu’il entreprend depuis le début de saison. Mis à part les joueurs d’exception, c’est très rare de passer une saison entière en étant très bon tout le temps. J’en connais peu, voire pas du tout. Son coup de moins bien peut s’expliquer par la fatigue, par le KO reçu en équipe de France ou par tout ce qui se passe autour de lui. On n’en sait rien en fait ! Tout le monde a gardé confiance et je reste persuadé que retrouver la confiance passe par le collectif. On ne l’a jamais accablé quand il était moins bien, ni encensé quand il était très bien : on sait qu’il y a des hauts et des bas. » Sous la haute surveillance des Hawks pour le reste des playoffs, Zaccharie Risacher a désormais tout intérêt à conclure son aventure bressane par un haut…

À Bourg-en-Bresse,

Commentaires


Veuillez vous connecter afin de pouvoir commenter ou aimer
Connexion