Au buzzer, Chris Jones délivre l’ASVEL face au BCM Gravelines-Dunkerque

Après sa victoire contre le Zalgiris Kaunas, vendredi soir (88-76), en ouverture de sa saison en EuroLeague, l’ASVEL attaquait sa saison en Betclic ELITE avec la réception du BCM Gravelines-Dunkerque. Accrochés tout au long de la partie, les Villeurbannais ont fait la différence grâce à un shoot assassin de Chris Jones, au buzzer (83-81).

L’ASVEL bousculée à la mi-temps

Dès le début du match, les deux équipes se rendaient coup pour coup. Accrochés par des Nordistes en réussite, les Villeurbannais se reposaient sur un excellent duo Elie Okobo (17 points, 6 rebonds et 4 passes décisives) – Youssoupha Fall (12 points et 5 rebonds) pour prendre les commandes à l’issue d’un premier quart temps extrêmement disputé (27-24, 10e). Les Maritimes se montraient très efficaces derrière l’arc. Portés par un John Jenkins en feu (25 points à 5/8 à trois points, 4 rebonds et 2 passes décisives), les hommes de J.D. Jackson reprenaient l’avantage dans ce match (32-36, 15e). Bousculés dans ce premier acte, les joueurs de T.J. Parker accusaient un retard de 5 points à la pause (39-44, 20e).

Elie Okobo sonne la révolte et Chris Jones délivre l’ASVEL au buzzer

Le BCM Gravelines-Dunkerque débutait cette deuxième période avec les mêmes intentions. Dans le sillage d’un Brandon Taylor très efficace (16 points et 4 passes décisives), les Nordistes creusaient davantage l’écart (47-56, 25e). Dans le dur dans ce troisième quart temps, les Rhodaniens s’appuyaient une nouvelle fois sur l’efficacité redoutable de l’ancien meneur de Phoenix, Okobo. Menés de 11 points en début de quart temps, les joueurs de T.J. Parker infligeaient alors un… 11-0 et parvenaient à égaliser au moment d’attaquer le dernier acte (63-63, 30e).

En souffrance en fin de troisième quart-temps, les Maritimes reprenaient leur marche en avant dans ces dix dernières minutes. Les champions de France en titre recollaient une nouvelle fois au score (73-73, 37e) grâce au très bon passage de Paul Lacombe (10 points, 3 rebonds). Bousculée jusqu’au bout, l’ASVEL s’en remettait à l’efficacité de Dylan Osetkowski (15 points à 4/7 à trois points) pour rester au contact. Inexistant pendant 30 minutes, à cause notamment de 4 fautes personnelles sifflées très tôt à son encontre, Chris Jones (9 points) délivrait l’ASVEL sur un buzzer beater à trois points. Bradon Taylor faisait le mauvais choix en venant en aide pour défendre sur le porteur de balle, Okobo. Seul dans le corner, l’ancien joueur du Maccabi Tel-Aviv délivrait l’Astroballe (83-81).

 

 

Cliquez ici pour accéder aux statistiques du match

par

Qui a écrit ce papier ?

Alexandre Sanson

BEBASKET

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

commentaires