Logo Bebasket
Recherche
Recherche
Logo Bebasket
  • À la une
  • Betclic Élite
  • Pro b
  • National
  • Coupes d'Europe
  • Équipe de France
  • Jeunes
  • Féminines
  • Interviews
  • Hooper
  • Joueurs

Avec des progrès à la passe, Rayan Rupert est en train de devenir un joueur complet

NBA - Rayan Rupert est l'arrière titulaire des Blazers sur cette fin de saison. Récemment, le rookie français a signé plusieurs lignes statistiques complètes qui montrent sa progression dans tous les compartiments du jeu, obtenue grâce à un travail acharné.
Avec des progrès à la passe, Rayan Rupert est en train de devenir un joueur complet

Rayan Rupert a joué les trois derniers matchs comme titulaires

Crédit photo : NBA League Pass

La nuit dernière, Rayan Rupert (1,98 m, 19 ans) a signé une performance complète dans tous les secteurs. Le n°43 de la dernière Draft a joué 39 minutes, son plus gros temps de jeu cette saison. Il est resté en jeu pendant l’intégralité de la seconde période. « Un très bon match » selon les mots de son coach Chauncey Billups après la rencontre. Après avoir joué 21 matchs cette saison en G-League, le frère d’Iliana et fils du regretté Thierry Rupert a désormais sa chance avec l’équipe principale depuis un mois. Et il monte en puissance, comme il l’a fait au fur et à mesure de la saison.

Dans un effectif des Blazers actuellement très rajeuni, il trouve aisément sa place. Comme c’est l’habitude en fin de saison régulière, les vétérans de l’équipe qui pouvaient lui faire de l’ombre comme Anfernee Simons, Jerami Grant ou Malcolm Brogdon ont été reposés. Les trois rookies – dont il fait partie avec Scoot Henderson et Kris Murray – ont donc le champ libre en termes de minutes et de responsabilités. Rupert a par exemple démarré comme titulaire au poste 2 les trois derniers matchs. Et c’est justement en tant qu’arrière – son poste de formation – qu’il se montre. Utilisé comme poste 3 l’année dernière aux New Zealand Breakers ainsi qu’en début de saison en NBA, celui qui a pris Mikal Bridges comme exemple a désormais coulissé sur les lignes arrières, avec plus de responsabilités balle en main.

Une meilleure maîtrise du ballon

Sur ses 5 derniers matchs en NBA, Rupert compte 15 passes décisives. Il a obtenu la majeure partie de celles-ci en facilitant le jeu sur demi-terrain, ou en contre-attaque. Il a montré des belles lectures, rendues possibles par une confiance accrue en son dribble. Un élément de son jeu sur lequel il a beaucoup travaillé depuis la Draft. La preuve étant qu’il ne compte que 4 pertes de balle sur cet échantillon de 5 matchs, alors que c’était un de ses gros défauts plus jeune. Cette saison, Rupert signe un ratio d’assists / turnovers de 2 (1,2 passe décisive pour 0,6 turnover). Ce qui est tout simplement… le meilleur de sa carrière.

Son tir extérieur a aussi énormément progressé (41% à 3-points cette saison en NBA et 38,2% en G-League, contre 25% la saison dernière en NBL). Chauncey Billups l’avait qualifié de « plus gros travailleur » des Blazers il y a quelques semaines. Ses heures passées à la salle d’entraînement avec son coach personnel Jimmy Vérove portent donc leurs fruits. Ce dernier confiait auprès de l’Équipe en janvier : « Il travaille sept jours sur sept, peut prendre jusqu’à 5 000 tirs par semaineCe n’est pas le gamin qui a le plus d’atouts à la base mais par le travail acharné, il rattrape tout. » Chez BeIn Sports, Rupert avouait aussi « avoir grandi et pris 5-6 kilos » depuis la Draft.

En bref, le gamin de la Sarthe est en train de devenir un joueur complet, plus qu’un 3&D tel qu’on pouvait l’imaginer à sa Draft. Avec une telle éthique de travail et une franchise qui lui fait confiance, les signaux sont au vert pour son avenir en NBA.

Commentaires


Veuillez vous connecter afin de pouvoir commenter ou aimer
Connexion