Logo Bebasket
Recherche
Recherche
Logo Bebasket
  • À la une
  • Betclic Élite
  • Pro b
  • National
  • Coupes d'Europe
  • Équipe de France
  • Jeunes
  • Féminines
  • Interviews
  • Hooper
  • Joueurs

Rayan Rupert est « le plus gros travailleur » des Blazers selon son coach

NBA - Le rookie français Rayan Rupert a obtenu son intégration à la rotation des Blazers en travaillant toute la saison sur ses défauts, plus que n'importe qui dans l'équipe selon son coach Chauncey Billups.
Rayan Rupert est « le plus gros travailleur » des Blazers selon son coach

Rayan Rupert à l’entraînement avec sa sœur Iliana l’été dernier

Crédit photo : Portland Trail Blazers

Intégré à la rotation des Blazers depuis trois matchs, Rayan Rupert (2,03 m, 19 ans) fait une bonne impression. Le rookie français a répondu présent dès qu’on lui a donné sa chance. Notamment dans l’affrontement contre les Timberwolves de Rudy Gobert ce mardi 5 mars, où il a marqué 13 points à 5/7 aux tirs (dont 3/3 à 3-points) et 6 rebonds en 23 minutes. La meilleure performance de sa saison. De plus, les Blazers ont quasiment fait jeu égal avec la meilleure équipe de l’Ouest dans ce match (défaite 119-114), avant de livrer une autre prestation honorable contre les dauphins de l’Ouest, le Thunder (défaite 120-128). Les cadres de l’équipe reposés, ce sont les jeunes dont Rayan Rupert qui se sont battus avec honneur. La preuve d’une jeune génération qui prend ses responsabilités dans cette équipe en reconstruction.

Le tir extérieur en priorité

En ce qui concerne Rupert, il a passé la majorité de sa saison rookie à cheval entre la G-League et les garbage times en NBA. Mais le Sarthois a surtout énormément travaillé sur son jeu depuis sa Draft. Arrivé en juin dernier avec des qualités défensives exceptionnelles mais un tir imprécis (24,7% à 3-points en carrière) et un dribble hésitant (1,75 turnover), il a progressé sur ses principaux défauts. Selon les informations d’un insider de l’équipe, il aurait aussi grandi depuis sa Draft, et atteindrait aujourd’hui les 2,03 m (contre 1,98 m selon les mesures officielles). Son coach Chauncey Billups, qui était lui aussi connu pour être un gros travailleur pendant sa longue carrière de 17 ans en NBA, apprécie la mentalité du Français. Il devrait lui accorder de plus en plus de temps de jeu sur cette fin de saison. En conférence de presse après le match contre le Thunder, il lui a consacré une longue tirade, fier de ses progrès :

« Il a progressé dans tous les domaines [depuis la Summer League]. Vraiment. C’est notre plus gros travailleur, aucun joueur ne bosse autant que Rups. Personne ne tire plus à l’entraînement ou ne vient à la salle le soir plus que lui. C’était déjà vrai cet été. Mais à cette époque, il n’avait pas encore joué en match. Il s’est vraiment amélioré partout depuis, dans sa compréhension du jeu, dans son tir, dans son dribble… Je pense aussi que la barrière de la langue est handicapante, je dois apprendre à parler plus lentement, même si c’est difficile dans les moments chauds. Ça a mené à certaines de ses erreurs en match. Surtout qu’il est tout le temps agressif sur son vis-à-vis, donc des fois il n’entend pas les consignes. Mais chaque erreur qu’il fait, il la fait avec agressivité. C’est ce que j’adore chez lui, et je lui ai dit. Il n’a peur de rien. Mais oui, il a progressé partout, et c’est grâce à son travail. »

Il y a quelques mois, Rupert décrivait sa mentalité dans une vidéo des Blazers qui le présentait :

« J’ai toujours su que si je voulais devenir un bon joueur de NBA, je devais me mettre au travail. Il y a plein de super joueurs dans le monde, donc il faut travailler dur pour atteindre ses objectifs […] Le basket est tout pour moi. C’est mon premier amour et celui de ma famille. »

 

 

Commentaires


Veuillez vous connecter afin de pouvoir commenter ou aimer
Connexion
derniermot
Et le plus gros travailleur joue très peu... Même en fin de saison garbage. Pas forcément rassurant si ce n'est la preuve qu'il est arrivé absolument pas prêt. Heureusement qu'il a l'air de bosser comme un fou et que sa franchise a un peu de temps
Répondre
(0) J'aime
grotext
Et son travail fini par payer, c'est justement le propos de Billups, son coach. En jouant pour une équipe faible, il en profite pour se montrer, c'est une bonne chose. Comme beaucoup il est peut être arrivé trop tôt en NBA (et encore, c'est à voir), comme beaucoup malheureusement, mais au moins il se donne à fond et à la confiance de son coach.
Répondre
(0) J'aime
thegachette
Toujours difficile de dire arrivé trop tôt... Micic, Fontechio, arrivent en étant au top de l'Euroligue et font à peine mieux... Sont-ils aussi arrivés trop tôt ?
(0) J'aime
grotext
Exactement et les fenêtres d'accès à la NBA sont restreintes, autant tenter sa chance quand elle se présente.
(0) J'aime