Bientôt la fin de l’aventure pour James Dickey à la JL Bourg ?

Crédit photo : Sébastien Grasset

Scotché au banc lors des déplacements à Venise et Monaco, James Dickey III ne fait plus partie des plans de Frédéric Fauthoux. Le pivot américain devrait prochainement quitter la JL Bourg.

« Depuis notre victoire à Venise mardi, notre saison est lancée », indiquait Alexandre Chassang dimanche soir à Monaco (94-98). Problème pour James Dickey III : la machine burgienne est partie sans lui. Particulièrement décevant depuis le début de saison, le pivot originaire de Raleigh n’est pas sorti du banc au Palasport Talercio puis à Gaston-Médecin.

Au bonheur de Kokila

Le signe que l’ancien joueur de l’Hapoel Haïfa a épuisé tout son crédit auprès de Frédéric Fauthoux, qui avait pourtant parlé « d’un coup de cœur » au moment de sa signature. Avant le début de la saison, celui-ci se réjouissait aussi d’avoir mis la main sur un « leader défensif dans la raquette ». Or, les premières semaines de compétition ont fini par prouver l’inverse : si personne ne peut lui reprocher un défaut d’engagement, l’Américain semble perdu par séquence sur le parquet, également symbole de la déficience collective de la JL Bourg aux rebonds, lui qui était pourtant attendu comme un moteur dans le secteur en raison de son prestigieux historique (meilleur rebondeur de l’histoire de l’université de Greensboro devant Kyle Hines).« On cherche des solutions », explique le nonuple champion de France pour justifier de la mise à l’écart de son poste 5. « On a souvent été dominé aux rebonds depuis le début de saison et là, on fait pratiquement jeu égal. Je suis obligé de trouver des solutions au sein du groupe pour tenir ça et Kevin Kokila me donne grande satisfaction. Ce sont des choix sportifs. »

À LIRE AUSSI,
RETOUR SUR LA COURTE DÉFAITE DE LA JL BOURG EN PRINCIPAUTÉ

Comme ici après un buzzer beater improbable d’Hugo Benitez, James Dickey reste le premier supporter de ses coéquipiers depuis le banc (photo : Sébastien Grasset)

Censé être le joueur bonus de l’effectif, le jeune Kevin Kokila (21 ans) se retrouve effectivement beaucoup plus responsabilisé que prévu (13 minutes de moyenne depuis le début de saison). « C’est un projet sur le court, moyen ou long-terme », disait Freddy Fauthoux début septembre. « Tout dépendra de sa progression et des opportunités qu’il saisira sur le terrain. » Si sa méconnaissance du haut-niveau reste parfois visible, comme lors d’un oubli majeur pour laisser Jaron Blossomgame aller dunker seul derrière la zone à 80 secondes du buzzer final (93-87), le Bondynois reste bien plus productif que prévu (10 d’évaluation en 16 minutes), capable de tirer une équipe de Betclic ÉLITE vers le haut, à l’image de son début de deuxième mi-temps où il a insufflé le ton défensivement. Avec une action symbolique : un contre sur Élie Okobo, un joueur qu’il allait admirer depuis les tribunes il y a encore quatre mois à l’Astroballe, lorsque lui officiait à quelques kilomètres de là, à LyonSO, en Nationale 1…

« Si Dickey rejouera avec la JL ? Ça m’étonnerait… »

Une action qui a au moins permis à James Dickey (4 points à 62% et 3,2 rebonds de moyenne en 6 matchs) de prouver son bon état d’esprit : debout sur le banc, il était le premier à applaudir les actions positives de son jeune concurrent et à l’encourager. Bien intégré humainement, il semble encore impliqué au sein de l’équipe burgienne, alors que son avenir s’écrira très sûrement loin de la Bresse d’ici quelques jours. « S’il rejouera avec nous ? Ça m’étonnerait », a répondu Frédéric Fauthoux dimanche soir. « Il y a peu de chances… » L’enjeu immédiat de la JL Bourg va donc être de lui trouver une porte de sortie ailleurs, à l’image du déménagement vécu entre Göttigen et Haifa l’année dernière, et de mettre la main sur un pivot apte à changer le visage de l’équipe.

À Monaco,

par

TAG

Qui a écrit ce papier ?

Alexandre Lacoste

BEBASKET

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

commentaires