« Un bon rappel à l’ordre » : battu par Dijon, Blois continue son apprentissage en Betclic ÉLITE

Crédit photo : Tuan Nguyen

Très agressive défensivement et portée par une adresse XXL à longue distance, la JDA Dijon a renversé l'ADA Blois (107-74). La plus lourde défaite depuis que les Blésois sont en LNB mais qu'importe : Mickaël Hay préfère retenir le positif et se focalise sur la progression de son équipe. Pour les Bourguignons, c'est presque une victoire référence à tout point de vue. Il y a des soirs comme ça où tout va...

La Betclic Élite était-elle prête à un début canon de l’ADA Blois ? (*) Probablement pas. Jonathan Rousselle, lui, n’est pas surpris : « Ce ne sera pas qu’une équipe difficile à manœuvrer sur le début de saison. Blois a une identité de jeu et une manière de faire qui fait qu’ils feront une bonne première saison, comme souvent chez les promus. »

LIRE AUSSI. Une fin de match de folie entre les Espoirs de Blois et Dijon… Élise Prodhomme débriefe la dernière action

Les Blésois étaient-ils préparés à un retour sur terre après quatre victoires de rang ? Oui et c’est certain. Dès la victoire inaugurale contre l’ASVEL, Mickaël Hay, fin connaisseur du haut niveau, avait averti ses joueurs. Un début d’exercice idyllique n’est pas (toujours) synonyme d’une saison prometteuse. L’an dernier, le Champagne Basket, victorieux des quatre de ses cinq premiers matchs, avait connu une pareille trajectoire, avant de s’effondrer et d’être relégué en Pro B.

« Un bon rappel à l’ordre »

« C’est maintenant qu’on va voir quel type d’équipe on est et si on est capable de réagir », clame Timothé Vergiat à chaud. « C’est un bon rappel à l’ordre, on s’en prendra d’autres », résume Mickaël Hay, le coach blésois d’autant qu’il a «  observé des changements d’attitudes à l’entraînement cette semaine. » L’ADA Blois ne s’est jamais vu plus belle qu’elle ne l’était. Ce n’est pas dans l’ADN du club, ni du coach. Dans le discours et dans les attitudes : les Blésois sont restés fidèles à eux-mêmes. Même lors d’une soirée un peu plus difficile comme celles vécue ce samedi soir contre Dijon (défaite 107-74), il n’est pas, non plus, question de se flageller ou de s’alarmer.

David Holston
David Holston, comme Jonathan Rousselle et Gregor Hrovat, ont été diaboliquement adroits à 3-points (photo : Tuan Nguyen)

L’addition est d’autant plus lourde (-33) que depuis son arrivée en LNB à l’aube de la saison 2016-2017, jamais l’ADA Blois n’avait subi une telle défaite. Plus que le revers presque anecdotique face à une équipe presque intraitable, Mickaël Hay a été attentif à la progression de son équipe au fil des minutes : « Cette défaite nous servira pour les matchs suivants. On va apprendre, c’est instructif : on peut s’inspirer de ce match. Ça peut paraître paradoxal mais on a su garder la tête haute. On a continué de se battre ensemble. C’est l’histoire d’un match, ça ne remet pas grand chose en question. Je ne pense pas qu’on ait fait plus d’erreurs défensivement que lors de nos dernières sorties. »

LIRE AUSSI. « Une défaite instructive » : les réactions après la défaite de Blois contre Dijon

Agressive sur pick and roll, la défense dijonnaise a mis l’attaque blésoise sous l’éteignoir. « On a trop gelé le ballon on a voulu faire la différence tout seul », souffle Timothé Vergiat, auteur de 10 points. « On n’a pas trouvé de rythme en attaque, on a été à la rue. » Les hommes de Nenad Markovic, renforcés par Gavin Ware de retour mais pas à 100 %, ont, eux, été intraitables à longue distance au point de signer un 14/18 en deuxième mi-temps. Avec 21 tirs réussis à 3 points (sur 34 tentatives), la JDA Dijon a tout simplement  égalé son record en championnat vieux de 22 ans (victoire 106-59 le 18 novembre 2000). Entre les shoots arc-en-ciel de Jonathan Rousselle (6/9) et l’insolence de David Holston (6/6), les Blésois ont eu du mal à stopper l’hémorragie. « 62 % derrière l’arc, ça arrive une ou deux fois dans la saison », souligne Jonathan Rousselle. « Dès qu’on mettait un tir, Blois prenait un coup derrière la tête. »

« Cette victoire est importante, la manière aussi »

Les premiers coups, l’ADA Blois les a pris dès la première mi-temps. Sans solution en attaque, Paul Rigot (14 points) et ses hommes ont pris le bouillon dans le 2e quart-temps (8-28). « C’est le tournant du match », glisse Nenad Markovic, l’entraîneur dijonnais. Avec 7 ballons perdus dans le 2e acte et 7 des 8 points inscrits par le rookie Amadou Sow, l’ADA Blois a lâché du lest et a fini par laisser échapper le match.  Là où Dijon réalise le match quasi-parfait, avec seulement 6 ballons perdus et un fond de jeu déjà intéressant.  « On a maîtrisé la rencontre du début à la fin mais ça n’a pas été si évident que ça puisse paraître », résume Jonathan Rousselle. « Cette victoire est importante et la manière compte car on a réussi à mettre en place ce qu’on veut faire cette saison : défendre fort et se projeter en attaque. » Collectivement (24 passes, 131 d’évaluation) et défensivement (74 points encaissés), Dijon tient sa victoire référence du début de saison, après avoir manqué de constance contre Gravelines-Dunkerque et Le Mans. Une soirée en totale contraste avec celle vécue par l’ADA. L’apprentissage des Blésois dans l’élite continue…

À Blois,

(*) En référence au cri de guerre de l’ADA au soir de la victoire contre Antibes en finale de playoffs, l’an dernier.

Jaime Smith et l’ADA Blois ont vécu une soirée compliquée (photo : Tuan Nguyen).

par

TAG

Qui a écrit ce papier ?

Théo Quintard

BEBASKET

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

commentaires