Logo Bebasket
Recherche
Recherche
Logo Bebasket
  • À la une
  • Betclic Élite
  • Pro b
  • National
  • Coupes d'Europe
  • Équipe de France
  • Jeunes
  • Féminines
  • Interviews
  • Hooper
  • Joueurs

Les bienfaits du repositionnement de Victor Wembanyama au poste 5

NBA - Depuis cinq matchs, Victor Wembanyama est le nouveau pivot des Spurs. Il a confirmé être plus à l'aise à ce poste, notamment défensivement, et même en étant opposé à des pivots qui lui rendent 20 kg.
Crédit photo : Théo Quintard

Même si le succès collectif est loin d’être au rendez-vous, Victor Wembanyama (2,24 m, 19 ans) continue son bonhomme de chemin sur le plan individuel. Le rookie français fait tomber un à un les records de précocité pour les intérieurs. Encore plus depuis 5 matchs, lorsqu’il a été décalé au poste de pivot à la place de Zach Collins. Ce changement de stratégie, qui s’est traduit par la première victoire des Spurs (contre les Lakers, 129-115) depuis le 3 novembre, semble être la solution d’avenir pour Wemby. Le principal intéressé parle d’une « expérimentation » qui « aide clairement à espacer le terrain ». Mais soutient que son équipe « va tester des choses jusqu’à trouver la bonne recette. »

La crainte d’un déficit de poids effacée

L’effet immédiat de ce décalage au poste 5 est que le Français fait face à des profils plus physiques. Au lieu de défendre au large face à des shooteurs, Wembanyama reste quasiment constamment dans la raquette. Retrouvant ainsi ce rôle de tour de contrôle qu’il avait du côté des Metropolitans 92 la saison dernière. Sur cet échantillon de cinq matchs, il est tombé sur des profils dominants sous l’arceau et adeptes du jeu au poste (Jonas Valanciunas, Nikola Vucevic, Anthony Davis et Alperen Sengun). Ces derniers ont essayé de le bouger physiquement. Sans succès, comme il l’a confirmé sur le terrain et en conférence de presse :

« Bien sûr que c’est ce qu’ils font. Mais toute ma vie j’ai été confronté à ça, donc rien de surprenant […] Je trouve des solutions. Certains gars sont des bêtes physiques, mais la vitesse et l’intelligence battent ça. Il y a plein de manières de les contrer. »

Et il le fait avec succès. Depuis qu’il est passé pivot, le natif de Chesnay – qui va manquer son deuxième match de la saison ce mardi pour soigner sa cheville – compile des moyennes de 19,2 points à 45% au tir (dont 35% à 3-points), 15,8 rebonds, 3,6 passes, 1,4 interception et 4,2 contres, en étant le meilleur rebondeur de la ligue. Une amélioration dans tous les secteurs par rapport à ses statistiques de début de saison. Et il n’a pas eu de problème à défendre au poste des pivots bien plus lourds que lui et ses 95 kg. En compensant avec son incroyable longueur de bras, tout en restant vigilant à aider ses coéquipiers en seconde lame :

« J’essaye de faire tout ce que je peux pour faire gagner mon équipe. Récemment je me suis plus concentré sur ma présence au rebond, et sur ma capacité à être un joueur plus solide de manière générale, moins “soft”. C’est un travail en cours […] Expérimenter des choses différentes est toujours important et intéressant pour moi. »

Commentaires


Veuillez vous connecter afin de pouvoir commenter ou aimer
Connexion