Logo Bebasket
Recherche
Recherche
Logo Bebasket
  • À la une
  • Betclic Élite
  • Pro b
  • National
  • Coupes d'Europe
  • Équipe de France
  • Jeunes
  • Féminines
  • Interviews
  • Hooper
  • Joueurs

La JL Bourg panse ses plaies contre Strasbourg

Betclic ÉLITE - Neuf jours après sa défaite en finale d'EuroCup, la JL Bourg est repartie de l'avant en s'imposant in extremis devant Strasbourg (77-74). Une bien mauvaise opération dans la course aux playoffs pour la SIG, qui laisse Saint-Quentin s'échapper.
La JL Bourg panse ses plaies contre Strasbourg

Neuf jours après sa défaite en finale d’EuroCup, la JL Bourg a fait un grand pas vers le Top 4

Crédit photo : Cécile Thomas

Personne n’est obligé de croire Bodian Massa lorsqu’il affirme que la défaite en finale d’EuroCup était « oubliée 30 minutes après le match ». On ne tourne pas la page de l’opportunité d’une vie comme cela. Mais toujours est-il que les Bressans ont fait comme si… Neuf jours après le crève-cœur d’avoir vu les Parisiens enchaîner les photos dans le rond central avec le trophée sous les confettis puis inonder sa salle d’entraînement pour célébrer son sacre continental, la JL Bourg a eu le mérite d’assurer l’essentiel en prenant le meilleur sur la SIG Strasbourg (77-74).

Le réveil de Risacher

Les Bressans ont retrouvé de l’enthousiasme face à la SIG (photo : Cécile Thomas)

Pour cela, Frédéric Fauthoux a opté pour la méthode black-out. Trois jours complètement off puis une semaine passée à se focaliser sur l’objectif Top 4. « On n’a pas reparlé de Paris », a glissé le technicien landais. Car oui, après l’enjeu vertigineux d’une finale de Coupe d’Europe, la motivation aurait pu être difficile à trouver pour une simple rencontre de saison régulière de Betclic ÉLITE. « On ne savait pas trop dans quel état d’esprit on serait. Mais on a répété, rabâché, alerté.. »

Après, entendons-nous bien, les Burgiens (sans Jeremy Morgan et Axel Julien) n’ont pas livré le match de l’année. Mais personne ne s’attendait à les voir scintiller de mille feux. À la 33e minute, après un triple de Phil Booth, il y avait même un début d’incendie dans la maison Ékinox (55-62). Mais le feu a vite été circonscrit par un pompier inattendu, du moins que l’on n’avait plus vu aussi bon depuis le début du mois de février : Zaccharie Risacher, auteur de deux gros shoots d’affilée dans la foulée, de 6 points et 4 rebonds dans le dernier quart-temps, d’une performance aboutie dans sa globalité (14 points et 7 rebonds pour 15 d’évaluation). De quoi venir accréditer la thèse de la fatigue physique, avancée par son entraîneur personnel Anthony Brossard, lors de son creux, après neuf jours pour se régénérer.

Massa, un ancien SIGman à la fête

Avec 3/4 sur ses deux points extérieurs, Bodian Massa a démontré l’étendue de ses progrès offensifs (photo : Cécile Thomas)

Outre l’exigence de professionnalisme, certains avaient quand même d’autres raisons de trouver de la motivation. On pense à E.J. Rowland, au crépuscule de sa carrière à bientôt 41 ans, qui savoure tous les matchs comme le dernier, toujours en âge d’aller scorer des paniers décisifs. On pense surtout à Bodian Massa, qui aurait dû disputer ce match sous les couleurs adverses. « Je suis déçu qu’il ne soit pas avec nous », pouvait regretter Massimo Cancellieri, qui a pourtant pris l’option de lui laisser plus de liberté en première mi-temps. Choix non payant avec 12 points dans la seule première période, avant les inévitables ajustements défensifs. Initialement sous contrat jusqu’en 2025 avec la SIG, le Marseillais s’était libéré de son engagement assez tard dans l’intersaison, officiellement le 23 juin, afin de rejoindre la JL Bourg. Pour sa première face à son ancien club, il a signé sa deuxième meilleure performance offensive en carrière avec 18 points à 8/9. « J’ai pris en maturité dans ce genre de situation », souriait celui qui avait complètement raté son retour à Fos-sur-Mer l’année dernière. « J’ai abordé cette rencontre comme si c’était un match comme les autres. Même si j’avais un peu cet esprit revanchard car on n’a pas envie de perdre contre ses amis. »

« De l’espoir » pour Massimo Cancellieri

De fait, Bodian Massa a joué un vilain tour à ses ex-compagnons parce que la motivation était toute trouvée côté SIG en revanche. Sur un fil en cette fin de saison avec ses objectifs de Top 8 et de finale de Coupe entrelacés, Strasbourg se devait de ne pas perdre du terrain dans la course aux playoffs. Encore raté… Dans les faits, l’inconstance alsacienne reste la même : aussi imperturbable au Rhénus qu’inoffensive loin du Bas-Rhin. « Mais on a fait un pas en avant », coupe Massimo Cancellieri, agacé par la sempiternelle question sur les deux visages strasbourgeois. « À la 35e minute, on était à 64-64. On était mieux que tous les autres déplacements, on a fait moins de bêtises que d’habitude. On a joué un gros match, je peux avoir de l’espoir. »

La déception de Léo Cavalière et des Strasbourgeois, qui voient le Top 8 s’éloigner (photo : Cécile Thomas)

Mais justement, quand vient la fin avril, il semble que l’heure n’est plus aux défaites encourageantes. Quand on stagne à la 9e place du classement, avec une qualification européenne en jeu, il devrait plutôt planer un sentiment d’urgence. À moins que l’objectif Coupe de France n’ait pris le pas sur celui des playoffs, ce qui pourrait rendre compréhensible la satisfaction affichée sur le contenu. « On pourrait se dire que c’est bien de perdre de peu chez un finaliste d’EuroCup mais à ce moment de la saison, on s’en fiche de perdre de trois points », lance Léopold Cavalière, particulièrement frustré par sa performance individuelle (6 points à 3/9 et 0 rebond pour 0 d’évaluation en 21 minutes). « Maintenant, on veut juste des +1 à la fin du match. Si on ne se qualifie pas, qu’est-ce qu’on dira : Eh, vous vous souvenez, on a battu l’ASVEL et Paris et on a perdu de trois points à Ékinox ?! Non, il faut gagner des matchs ! » Et surtout celui de samedi prochain à Bercy contre Dijon. Car la JL leur dira mieux que personne : au printemps, il faut surtout gagner les matchs qui ramènent des trophées…

À Bourg-en-Bresse,

Commentaires


Veuillez vous connecter afin de pouvoir commenter ou aimer
Connexion
timotisane
Gros message passé par notre ami Boris Dallo!
Répondre
(0) J'aime