L’ASVEL a cédé dans le money time contre Barcelone

Crédit photo : EuroLeague

Privée de Nando De Colo et David Lighty, l'ASVEL a lâché en toute fin de rencontre contre le FC Barcelone (75-82) ce mercredi soir à l'Astroballe.

Des Villeurbannais héroïques ont échoué de peu face au FC Barcelone (75-82). Un Jonah Matthews électrique et un Youssoupha Fal en mode record ont longtemps maintenu les locaux dans le coup. Mais le manque de rotation et la disette à 3-points (2/18) auront été fatals.

Une très bonne entame mais des occasions manquées

Avec les absences conjuguées d’Alex Tyus, David Lighty (mollet) et Nando DeColo (laissé au repos) au coup d’envoi, on ne donnait pas cher de la peau des Villeurbannais face à une armada barcelonaise revancharde après l’upset du match aller. Et pourtant les locaux ont produit un bon premier quart-temps. Plutôt décevant depuis le début de la campagne européenne, Parker Jackson-Cartwright a remis le nez à la fenêtre. L’ancien MVP de Pro B avec Saint-Quentin a mis son équipe sur les bons rails en début de match. Les Villeurbannais étaient bien place collectivement et enchaînaient les stops en défense. Malheureusement ils ont ensuite gâché de nombreuses occasions en attaque de faire un vrai break et menaient seulement de 4 points (15-11) après 10 minutes.

31 points encaissés dans le deuxième quart-temps

Le second acte fut de bien moins bonne facture. L’ASVEL n’y arrivait plus en défense face au coup de chaud d’Alex Abrines (3/4 à 3-points dans le quart-temps). Mais les locaux se sont accrochés et sont arrivés à limiter la casse juste avant la mi-temps en regagnent les vestiaires avec un déficit de 9 points (33-42).

Youssoupha Fall domine le troisième quart-temps

Les Villeurbannais ont commencé la deuxième mi-temps tambour battant avec un 9-0 en 2 minutes 30. Pour cela, il se sont appuyés sur Youssoupha Fall. Le pivot franco-sénégalais régnait dans la peinture (11 points à 4/4 sur le seul troisième quart, 23 points – record en EuroLeague – et 31 d’évaluation au total sur le match) et l’ASVEL en a profité pour reprendre les devants en début de quatrième quart-temps (64-63, 32′).

L’ASVEL y a cru jusqu’au bout

Si Jonah Matthews et Zaccharie Risacher sont parvenus à maintenir l’ASVEL en tête (73-69, 35′), le Barça est resté au contact et a fini par reprendre les devant grâce à Alex Abrines (14 points à 4/6 à 3-points) et surtout Corey Higgins (16 points à 5/6 aux tirs et 6/6 aux lancers francs). Discret jusque-là, le filleul de Michael Jordan a scellé la victoire des siens avec une interception et deux gros paniers à mi-distance. Le manque de rotation couplé à une énorme maladresse (2/18 à 3 points, dont 0/6 pour Antoine Diot) aura eu raison des derniers espoirs villeurbannais.

Malgré la défaite, l’ASVEL peut être fier de sa prestation et de l’abnégation affichée par ses joueurs. L’équipe de T.J. Parker n’a cependant pas le temps de gamberger, il faudra déjà remettre le couvert dans deux jours face à Valence de Chris Jones.

par

TAG

Qui a écrit ce papier ?

Gabriel Pantel-Jouve

BEBASKET

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

commentaires