Recherche
Logo Bebasket
Recherche
Logo Bebasket
  • À la une
  • Betclic Élite
  • Pro b
  • National
  • Coupes d'Europe
  • Équipe de France
  • Jeunes
  • Féminines
  • Interviews
  • Hooper
  • Joueurs

L’Olympiakos retourne au Final Four, un Français gagnera l’EuroLeague

EuroLeague - L'Olympiakos retourne au Final Four après sa victoire dans le match 5 à Barcelone (59-63), un Français remportera donc l'EuroLeague 2024.
L’Olympiakos retourne au Final Four, un Français gagnera l’EuroLeague

L’Olympiakos célèbre sa qualification au Final Four 2024, à Barcelone.

Crédit photo : EuroLeague

L’Olympiakos a suivi la voie tracée par le Fenerbahçe, première équipe de l’histoire à avoir remporté un match 5 des quarts de finale de playoffs d’EuroLeague à l’extérieur, après un 20-0. La formation du Pirée s’est imposée à Barcelone 63 à 59 à Barcelone lors du match 5.

Les Grecs ont peu à peu pris le dessus sur les Catalans dans une rencontre très serrée. C’est simple, ils n’ont jamais mené au score à la fin d’une période avant le dernier quart-temps (12-9 ; 27-25 ; 40-40) et ont attendu le début de la 36e minute pour prendre leur premier avantage sur un 3-points de Shaquielle McKissic. En début de rencontre, les locaux menaient d’ailleurs 18 à 9 après 12 minutes de jeu. Mais la défense de l’Olympiakos a peu à peu pris le dessus sur l’attaque de Barcelone.

Au moins un Français sera couronné à Berlin le 26 mai

Dans un ce duel très défensif, Moustapha Fall, titulaire, a peu joué (12 minutes). Productif au rebond (5 prises), dissuasif (2 contres), il a certes manqué ses 4 lancers francs, mais il a posé un redoutable écran pour libérer Shaquielle McKissic auteur d’un 3+1 puis a livré une passe décisive essentielle à Kóstas Papanikoláou pour donner 8 points d’avance (49-57) à l’Olympiakos à 2 minutes 25 secondes de la fin. Si le FC Barcelone a recollé, ils ont laissé Nikola Milutinov planté seul un dunk en fin de rencontre.

Moustapha Fall et l’Olympiakos retournent donc au Final Four de l’EuroLeague. Ils auront l’occasion de prendre leur revanche sur le Real Madrid dès les demi-finales. Malgré l’élimination de l’AS Monaco, un Français sera forcément vainqueur de cette édition puisqu’outre Moustapha Fall, trois Français évoluent au Real Madrid (Vincent Poirier, Guerschon Yabusele et Fabien Causeur), un au Panathinaikos Athènes (Mathias Lessort) et un autre au Fenerbahçe (Amine Noua).

Commentaires


Veuillez vous connecter afin de pouvoir commenter ou aimer
Connexion
dragibus69
Un très grand coach, des systèmes, même dans un match ultra tendu et défensif, pas de "stars" style James et Okobo qui tirent la couverture à eux, balancent des passes aveugles qui filent direct au vestiaire ou jouent pour être dans les highlights, une abnégation et un sens du devoir de chaque membre du groupe, une institution et une culture de la gagne, ça fait quand même pas mal de différences. Sans compter la ferveur, la passion et l'amour du public. Le tout avec un budget à peine supérieur à celui de l'Asvel (ok, certainement pas la même masse salariale) et bien inférieur à celui de Monaco.
Répondre
(2) J'aime
matt_le_bucheron
Et peut-être pas un effectif chamboulé tous les ans....
Répondre
(0) J'aime
jc87
Tu pense sincèrement qu’on peut comparer le budget d'un club grec et d'un club français comme l'ASVEL ? Si c'était le cas Fall jouerai encore en France à moins bien sur qu'il ne soit un grand fan de moussaka...
Répondre
(0) J'aime
matt_le_bucheron- Modifié
Il y aurait beaucoup de choses à faire pour augmenter les budgets. Je suis souvent en Grèce, et rien que de voir les spots de pubs à la télé, concernant le Pana, l'Olympiacos et le basket en général, il n'y a pas de comparaison possible avec la France. L'Olympiacos est nommé la Légende en Grèce, et ses fans sont prêts à faire beaucoup de sacrifices. Ils ont une salle de 16.000 places, et contre la Barca, les tarifs des billets étaient de 35 à 200€ avec 15 matchs de suite à guichet fermé en EL. De plus, ils n'ont pas de sponsor aussi fiable que Skweek.
(0) J'aime
silk
Je trouve que le retour de Ricky Rubio a fait plus de mal que de bien au Barça. Grimau s'est senti obligé de lui donner du temps de jeu parce que c'est un grand nom du basket espagnol mais son arrivée a déstabilisé une équipe qui tournait bien avant son retour. Sur la série il a tourné 3pts de moyenne à 5 sur 22 aux tirs et c'était la même chose en saison régulière (18% à 3pts - 32% à 2 pts). Il reste un bon passeur et un bon défenseur mais totalement invisible en attaque au point que l'olympiakos faisait régulièrement des impasses sur lui.
Répondre
(0) J'aime
samuel92
Je partage ton avis. Comme l'ont dit plusieurs fois les commentateurs, Rubio ne regarde jamais le panier donc devient très prévisible. Barcelone était moins fort avec lui que sans. Il est sans doute revenu trop vite à très haut niveau.
Répondre
(0) J'aime