Sasa Obradovic : « Cela prouve que l’on a les armes pour être compétitif »

Crédit photo : Sébastien Grasset

L'entraîneur Sasa Obradovic revient sur la victoire de l'AS Monaco contre l'Anadolu Efes Istanbul ce jeudi soir pour la deuxième journée de l'EuroLeague.

Jeudi soir, l’AS Monaco a signé sa sixième victoire de la saison, en six matches. Et pas contre n’importe qui. La Roca Team a battu le club double-champion d’Europe en titre, l’Anadolu Efes Istanbul. Les joueurs de Sasa Obradovic ont livré un match plein et collectif (24 passes décisives pour 7 balles perdues) malgré un début de rencontre compliqué. Devant la presse après la rencontre, le coach serbe pouvait être satisfait.

« Tout d’abord, je veux dire bravo à mon équipe, mais aussi à l’adversaire. C’était une très belle bataille, digne d’un match de playoffs dans sa qualité et son intensité. Pour tous les spectateurs, c’était une belle promotion du basket, entre deux équipes qui ont livré de grandes prestations. En face, l’Anadolu est une formidable équipe, encore parmi les favoris cette saison pour aller chercher le titre. C’est sûr que gagner de cette manière, cela prouve que l’on a les armes pour être compétitif face à n’importe qui. En plus de notre talent offensif, c’est important de garder une assise défensive solide. Pour gérer les deux aspects, il a fallu jongler avec les ajustements tactiques, en particulier en fin de match. Quand la victoire est là, c’est que nos choix sont les bons ! Le plus important reste que l’on ait pris ces décisions avec logique et conviction, dans une fin de match stressante où tout est allé très vite. »

Pas toujours humble, le coach vaincu Ergin Ataman a livré plusieurs constats lucides à son tour.

« C’était un match spectaculaire. A mon avis, on a eu de la réussite pour revenir à hauteur à la fin du temps réglementaire. On a mal géré plusieurs possessions et concédé trop de pertes de balle, ça a été la clé pour Monaco qui a su en profiter. En plus de cela, on rate les lancers-francs décisifs en prolongation. Évidemment, c’est plus dur pour nous de composer sans Shane Larkin : Micic et Clyburn ont tous deux porté plus de charge offensive et de ballons difficiles. Les cadres ont fait le travail de chaque côté. En face, Mike James était au cœur du jeu, et nous n’avons pas su le stopper. »

Monaco va maintenant préparer son prochain match, à Paris ce dimanche en Betclic ÉLITE.

par

TAG

Qui a écrit ce papier ?

Gabriel Pantel-Jouve

BEBASKET

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

commentaires