Logo Bebasket
Recherche
Recherche
Logo Bebasket
  • À la une
  • Betclic Élite
  • Pro b
  • National
  • Coupes d'Europe
  • Équipe de France
  • Jeunes
  • Féminines
  • Interviews
  • Hooper
  • Joueurs

[Trophées BeBasket de mi-saison] MVP : la fulgurance T.J. Shorts

Betclic ELITE - Avant que le championnat ne reprenne ses droits ce samedi, BeBasket termine d'attribuer ses trophées de mi-saison. Dernier volet avec celui concernant le MVP, que la rédaction a décidé de décerner à T.J. Shorts, celui qui fait tourner les têtes des défenseurs adverses et des observateurs du championnat français.
[Trophées BeBasket de mi-saison] MVP : la fulgurance T.J. Shorts
Crédit photo : Julie Dumélié

Tuomas Iisalo meilleur entraîneur, Tyson Ward meilleur défenseur, T.J. Shorts MVP… Certains penseront que la rédaction de BeBasket fait preuve d’un certain parisianisme. Nous admettrons, pour notre part, être peut-être influencé par un biais de nouveauté. Mais au-delà du basket intense proposé par Paris, facteur tactique indéniable de la première partie de saison parisienne réussie, le club de la capitale doit également sa place dans le top 4 à son meilleur joueur, T.J. Shorts. Et si le choix de Tuomas Iisalo a fait fortement débat au sein de la rédaction, si Tyson Ward s’est extirpé de la pression défensive des autres concurrents de par son profil atypique, T.J. Shorts s’extraie certes avec plus d’aisance mais ne jouit pas de la même unanimité qu’un Victor Wembanyama la saison dernière par exemple.

LIRE AUSSI. Les cinq raisons de soutenir BeBasket en s’y abonnant

Déjà MVP de Bundesliga et de la Champions League

Car T.J. Shorts n’est pas le meilleur joueur intrinsèque du championnat domestique, Mike James faisant partie de l’équation de la Betclic ELITE. Mais sa capacité à pouvoir marquer près du panier et à mi-distance dans n’importe quelle situation, sa distribution du jeu d’une justesse remarquable, et sa régularité, font de lui notre meilleur joueur sur cette première partie de saison. Déjà élu MVP de Bundesliga et de la Champions League la saison dernière, c’est donc un 3e trophée individuel dans sa carrière professionnelle que vise le petit meneur américain (1,72 m), même si ce dernier souhaite toujours mettre en avant le collectif plutôt que sa personne : « C’est à la fois dû à la confiance que j’ai en mon jeu et à celle que l’équipe à en moi », nous disait-il début décembre.

Mais les chiffres parlent d’eux même : 4e meilleur marqueur (15,9 points) et 2e meilleur passeur (6,9 passes décisives) avec un ratio de passes décisives / pertes de balles remarquable (3,83) pour faire de lui la 5e meilleure évaluation du championnat de France (17,8). Et ce qui est presque le plus impressionnant avec le Californien, c’est sa grosse marge de progression. S’il est d’une précision chirurgicale proche du panier et à mi-distance (54% de réussite sur 9,5 tentatives à 2-points), son tir extérieur reste irrégulier (24% sur 3,2 tentatives à 3-points). Les écuries de Betclic ELITE l’ont bien compris et n’hésitent plus à passer sous les écrans pour davantage bloquer son accès dans la raquette. Quand bien même, T.J. Shorts a quasiment toujours trouvé la faille. Il ne lui reste plus qu’à signer quelques performances d’envergure face aux toutes meilleures cylindrées du championnat. Et pourquoi pas dès ce samedi à l’Accor Arena contre Monaco ?

Des petits pépins pour ses concurrents

Il le faudra, car derrière, des concurrents de taille toquent au portillon. À commencer par le géant nancéien Shevon Thompson. À 30 ans, l’intérieur jamaïcain évolue à son meilleur niveau, trustant la première place aux rebonds (9,4) et à l’évaluation (21,2) et se retrouvant dauphin de DeVante Jones à la marque (16,3 points). Après avoir découvert la Betclic ELITE l’année dernière avec Fos-sur-Mer, le pivot a rapidement pris une dimension très importante à Nancy en formant un duo très athlétique avec le meneur Frank Mason III. Ce dernier aurait également pu être dans la discussion mais son mois de décembre a été perturbé par une entorse à la cheville (trois matchs manqués sur les cinq dernières sorties en championnat).

Elie Okobo, compère du meneur parisien dans notre meilleur cinq majeur à mi-saison, est également un sérieux candidat en tant que fer de lance de l’attaque (12,4 points et 4,2 passes décisives) d’un leader monégasque quasi imbattable cette saison en Betclic ELITE (16 victoires – 1 défaite). Mais sa récente suspension par le club de la Principauté ne joue pas en sa faveur.

Enfin, citons également la très belle première moitié de saison de l’intérieur Bastien Vautier pour sa découverte du plus haut niveau français (15,7 points, 5,6 rebonds et 4,9 fautes provoquées) ou encore l’ailier Isiaha Mike (12,3 points, 3,1 rebonds et 1,3 passes décisives), l’un des principaux acteurs de la place sur le podium de la JL Bourg, auteur de plusieurs actions décisives lors des premiers mois de compétitions.

Les trophées BeBasket de mi-saison :

Commentaires


Veuillez vous connecter afin de pouvoir commenter ou aimer
Connexion