À l’arraché, Chalon décroche face à Orléans sa première victoire de la saison

Ce samedi au Colisée, l’Élan Chalon a joliment conclu une drôle de semaine. Après trois défaites de rang pour débuter la Jeep Élite, et même quatre revers si on compte la claque reçue contre Fos en Coupe de France, le champion 2017 était pourtant en état de grande fragilité. Le meneur D.J. Cooper, coupé jeudi, avait été le premier à en faire les frais. Mais voilà que la victoire décrochée à l’arraché contre Orléans, 83-80, vient remettre un peu de baume au coeur des supporters de l’Élan. De quoi lancer enfin la saison ?

Si le succès est bien là, il a été très long à se dessiner. Longtemps menés par une équipe d’Orléans revancharde après sa défaite de mercredi à Strasbourg, les locaux sont restés dans le coup sous l’impulsion de Rafi Menco (14 points, 7 rebonds, 5 passes décisives), avant de prendre les devants dans le money time. Mais, entre pertes de balle, possessions mal négociées et lancers francs manqués, Chalon a eu beaucoup de mal à tuer le match.

L’énorme dunk d’Eric Buckner

Pire, après une claquette de Luke Fisher, Orléans était en tête à 34 secondes de la fin (78-77). En sortie de temps-mort, c’est Myles Hesson qui a alors attaqué la ligne de fond et servi Eric Buckner (15 points, 4 rebonds, 7 fautes provoquées). Très décrié depuis le début de saison, l’ancien pivot de Monaco est venu claquer un énorme dunk sur la truffe de Fisher pour redonner l’avantage aux siens. Puis Myles Hesson (13 points, 6 rebonds, 3 passes, 2 contres), auteur d’un match très complet, a violemment contré la tentative de Chima Moneke pour valider le premier succès de son équipe cette saison.

Très entreprenant, Orléans s’est appuyé sur un grand Paris Lee (20 points dont 6/7 longue distance) mais a laissé trop de rebonds (43-35 pour Chalon dans ce domaine) en fin de match pour faire la décision. Surtout, les hommes de Germain Castano ont souffert des fautes, et quatre joueurs ont fini par sortir pour cinq fautes (Sané, Ulmer, Oniangue et Fischer) !

Cliquez ici pour accéder aux statistiques

par

Qui a écrit ce papier ?

Gaëtan Delafolie

BEBASKET

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

commentaires