Recherche
Logo Bebasket
Recherche
Logo Bebasket
  • À la une
  • Mon actu
  • Betclic Élite
  • Pro b
  • National
  • Coupes d'Europe
  • Équipe de France
  • Jeunes
  • Féminines
  • Interviews
  • Hooper
  • Joueurs

Antoine Diot, un enfant de la JL face à Bourg en finale : « Je ne vais pas faire de sentiments »

Licencié à la JL Bourg du baby basket aux minimes France, Antoine Diot va affronter son club formateur en finale de la Leaders Cup ce dimanche. Forcément particulier pour le meneur de l'ASVEL.
Antoine Diot, un enfant de la JL face à Bourg en finale : « Je ne vais pas faire de sentiments »
Crédit photo : Léo Morillon - LNB

Antoine Diot n’a peut-être jamais porté les couleurs de la JL Bourg au niveau professionnel mais difficile de faire plus enfant du club que lui. Son père, Christian, a longtemps entraîné les jeunes et a même été à la tête de l’équipe pro, dans les années 1990, en binôme avec Pierre Murtin. Sa mère, Françoise, était impliquée dans la vie administrative du club, ainsi que dans la section amateur. Et lui était le petit phénomène local, heureux détenteur des clefs de la salle Amédée-Mercier où il a passé sa jeunesse à shooter, licencié à la Jeunesse Laïque entre 1994 et 2004, du baby basket jusqu’aux minimes France, avant son départ pour l’INSEP. Alors cette énième finale en carrière aura un goût particulier pour le Burgien. « J’ai joué à Levallois, on a affronté Levallois en quart. J’ai joué au Mans et on a affronté le MSB en demi-finale. Je viens de Bourg et on va affronter la JL en finale », énumérait-il samedi soir. « C’est toujours agréable de voir le club où j’ai débuté faire de belles choses. Mais c’est sûr que je ne vais pas faire de sentiments. »

Antoine Diot, n°14, de l’équipe benjamins de la JL Bourg en 2000/01

Seul joueur villeurbannais au dessus des 20 minutes samedi contre Le Mans, Antoine Diot a symbolisé la démonstration villeurbannaise, offrant une prestation vintage au public de Saint-Chamond (11 points, 7 passes décisives et 2 interceptions). Mais le meneur de l’ASVEL sait que l’affaire sera complètement différente en finale. Jusqu’ici, le club rhodanien a connu une voie royale en affrontant des équipes des Metropolitans 92 et du MSB largement affaiblies. Désormais, il va falloir maîtriser le collectif burgien, qui a sûrement développé le plus beau jeu du week-end. « La JL a connu une très belle semaine en battant deux fois l’AS Monaco, puis avec un très bon match contre Dijon. C’est une équipe qui bouge très bien le ballon, où le danger peut venir de partout, qui défend très bien collectivement. À nous d’imposer notre intensité défensive et notre agressivité offensive car physiquement, je pense qu’on peut les impacter. Ça va être un match très accroché. La JL est en pleine confiance, ça se voit, ça se ressent et c’est toujours dangereux. C’est pour ça qu’il faudra que l’on impose notre rythme dès le début pour éviter de les mettre dans le confort. »

À Saint-Chamond,

Commentaires


Veuillez vous connecter afin de pouvoir commenter ou aimer
Connexion