Michael Stockton, première recrue de l’Élan Béarnais ?

Crédit photo : Teddy Picaudé

Après Cholet Basket et le Champagne Basket, Michael Stockton devrait connaitre un 3e club français et rejoindre l'Élan Béarnais la saison prochaine. Éric Bartecheky, adepte des meneurs de jeu étrangers et expérimentés, aurait donc mis la main sur son poste 1 titulaire. Le fils de John Stockton évoluerait donc avec Vitalis Chikoko, Giovan Oniangue et Gérald Ayayi, les trois seuls joueurs sous contrat la saison prochaine.

Peu à peu, l’effectif de l’Élan Béarnais prend forme et la grisaille au dessus du palais des sports est en train de s’estomper. Presque trois semaines après le feu vert de la Direction Nationale du Conseil et du Contrôle de Gestion (DNCCG), le gendarme financier de la LNB, Pau-Lacq-Orthez est au pied d’œuvre pour construire son effectif pour la saison 2022-2023. Le staff palois aurait convaincu Michael Stockton (1,85 m, 33 ans) de rejoindre les Pyrénées-Atlantiques, selon nos informations. Rien n’est encore signé mais le fils de John Stockton aurait donné son accord à l’EBPLO et évoluerait donc avec Vitalis Chikoko, Giovan Oniangue et Gérald Ayayi, les trois seuls rescapés de l’ère américaine.

LIRE AUSSI. Théo Maledon, une affirmation avec les Bleus : « Je ne suis plus le même »

Une relégation avec le Champagne Basket l’an dernier

Maître à jouer de Cholet Basket entre 2019 et 2021, Michael Stockton avait pris la direction de l’Ukraine et du Budivelnyk Kiev en début de saison dernière, avant de fuir la guerre mi-février et de rejoindre le Champagne Basket. Le natif de Spokane s’est dépouillé, a presque tout tenté et a même marqué un buzzer beater pour offrir la victoire au Champagne Basket contre Orléans, en double prolongation, le 10 mai dernier. Il n’a toutefois pas pu éviter la relégation du Champagne Basket, bon  dernier de Betclic ÉLITE avec 10 victoires en 34 matchs.

En 12 rencontres, il termine avec la bagatelle de 11,8 points à 52,3 % de réussite aux tirs, 2,8 rebonds et 6,6 passes décisives pour 15,4 d’évaluation en 29 minutes de jeu. Adepte des meneurs étrangers expérimentés, Éric Bartecheky a encore beaucoup de travail devant lui, avant la reprise du championnat contre la SIG Strasbourg, le 24 septembre.

 

par

TAG

Qui a écrit ce papier ?

Théo Quintard

BEBASKET

Dites byebye à la publicité et encouragez le travail effectué sur la couverture quotidienne du basket Français !

commentaires