Recherche
Logo Bebasket
Recherche
Logo Bebasket
  • À la une
  • Mon actu
  • Betclic Élite
  • Pro b
  • National
  • Coupes d'Europe
  • Équipe de France
  • Jeunes
  • Féminines
  • Interviews
  • Hooper
  • Joueurs

Les adieux d’un maître : Sergio Rodriguez dit stop

Légende du basket européen, triple vainqueur de l'EuroLeague, champion du monde en 2006, vu à 358 reprises en NBA et 405 reprises en EuroLeague, Sergio Rodriguez a choisi de mettre un terme à sa carrière à l'âge de 38 ans.
Les adieux d’un maître : Sergio Rodriguez dit stop

Sergio Rodriguez a annoncé sa retraite

Crédit photo : Sébastien Grasset

Le jour de ses 38 ans, il a choisi de quitter la scène sur ce qu’il sait faire de mieux. Gagner un match, gagner un trophée, son 28e titre en carrière (dont 17 avec le Real Madrid). Sacré champion d’Espagne pour la 4e fois, Sergio Rodriguez a officiellement annoncé sa retraite ce mercredi dans une lettre émouvante.

« Le jour est venu… »

« Le jour est venu », a-t-il écrit. « Après 20 ans dans le monde professionnel, j’ai pris une décision qui va changer ma vie. Cette saison, au cours de laquelle nous avons remporté trois trophées, est le moment idéal pour faire mes adieux. J’ai toujours rêvé de prendre ma retraite en étant bien physiquement et en gagnant mon dernier match, et la vie m’a offert ce cadeau. Terminer ma carrière au Real Madrid est un rêve devenu réalité, et encore plus après avoir remporté cinq titres au cours des deux dernières saisons, y compris le triomphe historique en EuroLeague à Kaunas. »

En 2021, alors avec Milan, Sergio Rodriguez avait disputé un tournoi de présaison à… la Halle Carpentier (photo : Lilian Bordron)

La mention de cette troisième bague européenne n’est pas anodine… Certes en perte de vitesse ces derniers temps, Chacho Rodriguez a été fondamental dans le 11e titre européen du Real Madrid l’année dernière. D’abord lors d’un Match 5 homérique en quart de finale face au Partizan Belgrade (19 points à 8/11, 3 rebonds et 6 passes décisives) puis lors d’un Final Four de grande qualité (13,5 points et 7 passes décisives), avec notamment les paniers qui ont ramené les Espagnols dans le coup avant le coup de poignard de Sergio Llull.

32 trophées en carrière

Les derniers flashs d’un génie à l’immense parcours, démarré à 17 ans avec l’Estudiantes Madrid, avant de prendre la route de la NBA pour quatre saisons inégales, en rotation à Portland (avec Rudy Fernandez, déjà), Sacramento et New York. L’Association, il y reviendra ensuite un an, en 2016/17, avec les Sixers, mais ce n’est pas de l’autre côté de l’Atlantique, malgré ses 358 matchs, qu’il aura écrit ses lettres de noblesse. Il aura signé ses plus beaux chapitres avec le Real, en deux passages distincts (2010/16 puis 2022/24), et avec la Roja, champion du monde 2006 et champion d’Europe 2015. Il aura également connu un passage marquant avec le CSKA Moscou, troquant ses éternels frères d’arme Sergio Llull et Rudy Fernandez pour Nando De Colo, remportant l’EuroLeague ensemble en 2019. Une compétition dont il avait été couronné meilleur joueur cinq ans plus tôt, en 2014… Ce qui marque progressivement la fin d’une génération qui aura marché sur l’Europe avec les départs annoncés plus tôt dans l’année de Marc Gasol et Rudy Fernandez (après les JO).

Son palmarès

En club :

  • Triple vainqueur de l’EuroLeague
  • Quadruple champion d’Espagne
  • Quintuple vainqueur de la Coupe du Roi
  • Quintuple vainqueur de la Supercoupe d’Espagne
  • Vainqueur de la Coupe Intercontinentale FIBA
  • Double vainqueur de la VTB League
  • Double champion de Russie
  • Champion d’Italie
  • Double vainqueur de la Coupe d’Italie
  • Vainqueur de la Supercoupe d’Italie

En sélection :

  • Comme ici en demi-finale de l’EuroBasket 2015, Sergio Rodriguez aura été l’un des bourreaux répétitifs des Bleus (photo : FIBA)

    Champion du monde 2006

  • Champion d’Europe 2015
  • Vice-champion olympique 2012
  • Médaillé de bronze aux JO 2016
  • Vice-champion d’Europe 2007
  • Double médaillé de bronze à l’Euro (2013 et 2017)

Commentaires


Veuillez vous connecter afin de pouvoir commenter ou aimer
Connexion
ioness
Bonne retraite à ce joueur incroyable qui nous a tant fait mal. J'ai beau détesté les espagnols vu comment on était souvent rivaux, mais force est d'admettre que cette génération espagnole était juste fantastique.
Répondre
(6) J'aime
fussoire38
Chapeau l'artiste ! Le genre de joueur qui vous fait kiffer le basket... bonne retraite !
Répondre
(3) J'aime