Recherche
Logo Bebasket
Recherche
Logo Bebasket
  • À la une
  • Mon actu
  • Betclic Élite
  • Pro b
  • National
  • Coupes d'Europe
  • Équipe de France
  • Jeunes
  • Féminines
  • Interviews
  • Hooper
  • Joueurs

Pacome Dadiet et Melvin Ajinça veulent créer la surprise à la Draft

Draft NBA - Ils arrivent à la Draft avec moins de certitudes que Risacher, Sarr et Salaün, mais ont tout de même de bonnes chances d'être draftés. Après leurs saisons honorables avec Ulm et Saint-Quentin, les deux jeunes ailiers Pacôme Dadiet et Melvin Ajinça sillonnent les États-Unis pour convaincre des franchises NBA lors de workouts.
Pacome Dadiet et Melvin Ajinça veulent créer la surprise à la Draft

Pacôme Dadiet et Melvin Ajinça écument les workouts aux États-Unis depuis deux semaines

Crédit photo : Flavien Portat / Julie Dumélié

Sur les huit français candidats à la Draft cette année, trois d’entre eux sont quasiment promis à une sélection dans le Top 15 : Zaccharie Risacher, Alexandre Sarr et Tidjane Salaün. Les autres vont devoir se battre pour leur place. Si les chances sont infimes pour Armel Traoré, Mohamed Diarra et Lucas Dufeal; Pacome Dadiet (2,06 m, 18 ans) et Melvin Ajinça (2,04 m, 19 ans) ont de bonnes chances d’être draftés les 26 et 27 juin prochains. Les deux ailiers, dont les saisons respectives avec Ulm et Saint-Quentin se sont terminées au premier tour des playoffs, sont aux États-Unis depuis début juin. Ils ont dû attendre le NBA Combine obligatoire en Italie du 4 au 7 juin avant de traverser l’Atlantique. Depuis leur arrivée, ils ont donc eu un programme très condensé avec de nombreux workouts organisés avec les franchises NBA.

Pacôme Dadiet intéresse les équipes de haut de tableau

Resté loin des radars pendant longtemps, Pacôme Dadiet a vu sa cote monter en flèche pendant la saison. Alors qu’il était annoncé en fin de second tour voire non-drafté en octobre, l’ancien joueur du Paris Basketball est aujourd’hui annoncé en milieu de Draft. Ses bons résultats au NBA Combine ont aussi joué en sa faveur, notamment ses solides capacités physiques. Le média américain Bleacher Report le place en 29e place de sa dernière mock draft, ESPN en 30e position, Yahoo Sports en 32e et The Ringer en 37e. Un consensus existe donc sur lui, pour une sélection entre la fin du premier tour et le début du second.

Selon Jonathan Givony d’ESPN, les Boston Celtics et le Jazz d’Utah, qui possèdent les choix 29, 30 et 32, sont justement des équipes en lien avec le Français. Mais ces dernières n’ont pas encore organisé de workouts avec lui. Jusque là, Dadiet s’est principalement entraîné avec des équipes de haut de tableau. L’ailier feu-follet en attaque – qui a lui-même confié qu’il devait faire des progrès en défense – a en effet effectué au moins six workouts répertoriés. Dont quatre avec des équipes qui ont fait les playoffs à l’Est (Milwaukee Bucks, Philadelphie Sixers, Orlando Magic, Miami Heat). Ces dernières ont donc des choix entre la 15e et la 23e place au premier tour. Et entre la 33e et la 47e au second tour. Une fourchette assez large qui pourrait correspondre à Dadiet.

Les Brooklyn Nets ainsi que les San Antonio Spurs ont aussi organisé une rencontre avec lui. Comme avec deux autres français avant lui (Zaccharie Risacher et Tidjane Salaün). En bref, Dadiet a fait le tour des États-Unis pour maximiser ses chances d’être drafté. Au début du mois, il avouait que la NBA était son plan A, et qu’il « n’avait pas de plan B. »

De l’incertitude autour de Melvin Ajinça 

Melvin Ajinça a lui connu une trajectoire inverse à celle de Dadiet cette saison. En sortie de son excellente Coupe du monde U19 l’été dernier, sa cote était au plus haut. La plupart des premières mock drafts le projetaient au premier tour. Mais l’ailier shooteur de Saint-Quentin a eu du mal à reproduire sur une saison entière ce qu’il avait produit sur ces sept matchs avec l’Équipe de France. Notamment au niveau de son tir extérieur. Alors que c’était sa grande force pendant la Coupe du Monde (48,9% à 3-points, contre 30,9% en Betclic Élite). Il a vécu une saison de hauts et de bas, même si elle était dans l’ensemble solide pour une première dans l’élite du basket français, notamment en défense. Mais les scouts en attendaient peut-être plus.

La place dans les mock drafts de Melvin Ajinça a chuté au fur et à mesure de la saison. Aujourd’hui, ESPN le place en 40e place de sa mock draft, Bleacher Report en 44e position, The Ringer et The Athletic en 48e. Jusque-là, le cousin d’Alexis Ajinça a effectué au moins trois workouts rendus publics, tous dans la conférence Ouest. D’abord avec les Portland Trail Blazers qui ont notamment les choix n°34 et 40, puis avec les Minnesota Timberwolves qui ont les n°27 et 37. Et enfin avec le Jazz d’Utah qui a les choix n°29 et 32. Une sélection au second tour est ce qui se profile pour Ajinça, à la manière d’un Sidy Cissoko l’année dernière. Mais l’année de plus qu’il a par rapport à ses compatriotes nés en 2005 pourrait le pénaliser. En cas de retour en Europe la saison prochaine – que ce soit dans le cadre d’un draft & stash ou pas – l’ASVEL et Paris se sont déjà positionnés sur son dossier.

Commentaires


Veuillez vous connecter afin de pouvoir commenter ou aimer
Connexion