Recherche
Logo Bebasket
Recherche
Logo Bebasket
  • À la une
  • Betclic Élite
  • Pro b
  • National
  • Coupes d'Europe
  • Équipe de France
  • Jeunes
  • Féminines
  • Interviews
  • Hooper
  • Joueurs

Tony Parker sous le feu des critiques après ses déclarations sur Pozzecco

EuroLeague - Tony Parker s'est attiré les foudres de plusieurs personnalités du basketball européen pour avoir été très dur au sujet de Gianmarco Pozzecco.
Tony Parker sous le feu des critiques après ses déclarations sur Pozzecco
Crédit photo : Guillaume Poumarede

Tony Parker n’a pas reçu beaucoup d’échos favorables suite à ses déclarations concernant l’éviction de Gianmarco Pozzecco dans les colonnes de L’Équipe et du Progrès, ce samedi 6 janvier.

Les mauvais résultats de l’ASVEL, pourtant titulaire d’une licence A, commencent à attirer les critiques même en dehors de la France. Le management mis en place au sein du club rhodanien interroge. C’est Goran Sasic, le directeur exécutif du syndicat des coaches de l’EuroLeague, qui s’est montré le plus critique dans les colonnes du média serbe Meridian Sport :

« Il faut souligner un comportement très surprenant de la part d’un ancien champion NBA. Les déclarations de Tony Parker après le licenciement du coach Pozzecco reflètent pratiquement l’organisation de l’ASVEL et ses décisions. Ce n’est pas la première fois qu’il le fait. Je tiens à rappeler aux supporters de l’ASVEL que des propos similaires de Tony Parker étaient adressés à l’ancien entraîneur Zvezdan Mitrovic. Je dis toujours qu’il faut pardonner une fois à tout le monde, mais si cela arrive deux fois, je considère que c’est un schéma. Cela pose beaucoup de questions sur la direction de l’ASVEL en EuroLeague : qui peut être l’entraîneur idéal pour le club ? Peut-être Tony Parker lui-même ? Et en même temps pourquoi y a-t-il des rapports et des informations sur la mise en vente des actions de l’ASVEL ? Je pense que ce sont des questions beaucoup plus importantes en ce moment et qu’il serait plus utile pour tout le monde d’y répondre, pas nécessairement en public, mais avec une meilleure présence sur le terrain pour le bien du club et de la compétition. »

Le président de la FIP, la fédération italienne de basketball, qui est l’autre employeur de Gianmarco Pozzecco (en tant que sélectionneur de l’équipe nationale masculine) a été moins loquace mais a lui aussi lancé sa pique. « Peut-être qu’il voulait jouer le Final Four », s’est demandé Gianni Petrucci, ironiquement, rappelant dans Tuttosport que les « grands joueurs ne font pas toujours de grands managers ».

Autre technicien italien, dont le nom avait été évoqué en octobre dernier à l’ASVEL pour remplacer T.J. Parker, Andrea Trinchieri y est également allé de son commentaire critique lors d’une conférence de presse* précédent les deux rencontres d’EuroLeague du Zalgiris Kaunas – son nouveau club – de la semaine. Jeudi dernier, il a perdu à Villeurbanne contre l’ASVEL pour la dernière de Gianmarco Pozzecco en tant que coach.

« Les entraîneurs sont ceux qui paient généralement le prix d’un mauvais résultat. C’est très courant et c’est ce qu’il en est. Cela ne changera pas. Parfois, il est plus facile de changer d’entraîneur que d’arranger les choses au niveau de l’équipe, des joueurs, etc. Je crois qu’un club peut prendre la décision de changer d’entraîneur. C’est un droit qu’ils ont. En même temps, je crois qu’être un gentleman et ne pas dire de choses dans les médias peut toujours aider. Je ne connais pas la situation. Je n’étais pas là. Mais je sais que la façon dont Gianmarco Pozzecco entraîne peut parfois diviser, parce qu’il est très émotif et qu’il donne tout, et que ce que je dirai ne sera pas la bonne chose à faire. C’est donc ce genre d’entraîneur Je crois qu’il peut vous apporter beaucoup – le côté émotionnel, car jouer toutes les 48 heures, parfois, le côté émotionnel n’est pas la seule chose dont vous devez vous occuper. Mais ce n’est jamais bon pour les entraîneurs d’exposer quelqu’un dans les médias. C’est quelque chose que je ne ferais pas, mais je ne suis pas le propriétaire d’une équipe. »

Reste à savoir si l’ASVEL parviendra à retrouver de la crédibilité dans les semaines à venir, alors que Tony Parker a annoncé l’objectif du club cette saison en EuroLeague : ne pas finir dernier. 17e, son équipe reçoit l’Étoile Rouge de Belgrade ce mardi 9 janvier à l’Astroballe.

*Propos rapportés par Basketnews

Commentaires


Veuillez vous connecter afin de pouvoir commenter ou aimer
Connexion
flavor_flav
en gros il lui est reproché de dire tout haut ce que les présidents pensent tout bas quand ils virent un entraineur...
Répondre
(1) J'aime
derniermot
Certes, il y a cette hypocrisie là, mais aussi les reproches qui n'ont pour la plupart ni queue ni tete et sont extremement violents. Le dessinant pas juste comme un mauvais coach mais aussi un menteur et un gros nul
Répondre
(1) J'aime
flavor_flav- Modifié
tout à fait!
(0) J'aime
macroy
@ Fla-Fla ; avoir du tact,du savoir vivre ? mais bon,t'es tellement ahuri que tu ne comprends pas ce que je dis.. En tout cas,bon courage a l'ASVEL pour retrouver un entraîneur de renom après ça.
Répondre
(0) J'aime
ioness
en gros tu as la forme qui est critiquée mais aussi le contenu et la manière dont TP gère. Comme le rappelle très bien Goran Sasic, c''est la 2eme fois que ce genre de propos ressortent. Avec une excuse différente (tu te rappelles pas de comment TP avait justifié le licenciement de Mitrovic?), mais la forme est identique. Le seul n'ayant pas eu ce genre de commentaires c'est ... son frère. Je suis désolé mais c'est bizarre parce que TJ ne proposait pas grand chose et n'était pas aussi bon que Pozzecco. Style différent mais si on regarde les stats et la manière de jouer; Pozzecco a fait progresser l'ASVEL. Son erreur (et aussi liée à son manque d'expérience en EL et au fait qu'il n'a pas construit l'équipe!) est liée aux rotations. Tu défends corps et âme la gestion de TP, j'aimerai savoir ce que tu as prouvé de positif depuis qu'il a pris clefs de l'ASVEL. En dehors des titres (avec le meilleur effectif, ce n'est jamais difficile), je ne vois pas trop ...
Répondre
(1) J'aime
stephmoon
L'ASVEL n'avait pas un meilleur effectif que Monaco, surtout l'année de son dernier titre. Et puis sinon en sport, les titres, c'est important...
(0) J'aime
bearnais64
peut être un gd joueur, mais piètre dirigeant, je le vois bien quitté le club avec la fierté qu'il a il ne vas pas accepter les critiques. Si il avait était plus prompt à viré son frère l'équipe aurait était reconstruite il y a 2ans avec un effectif plus jeunes, la Pozzecco n'a fait que gérer les joueurs choisis par les 2 parker donc les fautifs ce sont eux
Répondre
(3) J'aime
derniermot
Il a osé virer Frank Jackson et Dallo pour donner plus de temps de jeu à De Colo, c'est honteux voyons lol
Répondre
(2) J'aime
djo8369
Il a viré cetes Jackson pour des raisons que lui et peut être TP connaissent quand a DALLO les rares fois ou il est entré c était CATASTROPHIQUE ,et a ce niveau si tu n es pas bon c est LE BANC et il a bien eu raison.
(0) J'aime
jamesnaysmith
Immense joueur, tout petit mec.
Répondre
(1) J'aime
roblackman
Le Poz a fait ses preuves en équipe d'Italie. Le reste c'est du blabla.
Répondre
(1) J'aime
flavor_flav
attention! érection collective dans quelques minutes!
Répondre
(0) J'aime
maxoule- Modifié
Il est possible que je l'ai déjà écrit sur ce site mais la prise de recul de TP doit être sur comment on gère une équipe selon le championnat que l'on fait. Il ne peut pas à la fois vouloir gérer comme en NBA et gagner en euroleague ! Faire de l'ASVEL une San Antonio bis (jusqu'aux couleurs, des bagues de champion...) est voué à l'échec étant donné le passé et l'âme qu'avait cette équipe (c'est quand même Villeurbanne) ! Ce qui est dommage c'est qu'il y avait de très bonnes intentions malgré tout, faire revenir Nando et Lauvergne dans le championnat de France c'est quand même juste énorme et bien qu'ils n'aient pas joué il avait tenter de ramener des espoirs, + la salle... bref ça tourne au gâchis avec une impression de bloquer sur "100% comme il veut ou rien du tout". Ca a marché les deux-trois premières années car l'effectif était monstrueux par rapport au reste du championnat de France et suffisait en lui-même pour gagner mais ça ne peut pas tenir sur la longueur (Monaco... Paris... voir Bourg en ce moment) et carrément pas en euroleague.
Répondre
(0) J'aime